[Analyse] UNE FUITE EN AVANT DES DISSIDENTS ARMES ?

Publié le par Jean-Baptiste Allemand


Les cibles visées par deux attaques séparées, samedi dernier, semblent traduire une radicalisation des groupes armés républicains.

Un véhicule blindé de la police nord-irlandaise (source flickr.com, photo PPCC Antifa)


La première attaque s'est déroulée dans le petit village de Garrison, à l'extrême ouest de l'Irlande du Nord, au bord de la frontière avec la République d'Irlande. Un jeune officier de police y a été visé par des tirs provenant de deux dissidents, jugés hier devant le tribunal de Dungannon.

A priori, l'attaque est (malheureusement) classique. Les forces de l'ordre nord-irlandaises sont historiquement composées d'une écrasante majorité de protestants (90% jusqu'en 1998), et étaient vues par les catholiques comme les alliés des groupes armés loyalistes. Elles ont été une cible privilégiée pendant les "Troubles", et le restent encore aujourd'hui. Sauf que dans ce cas, l'officier n'est pas protestant... mais catholique. Comme 23% des policiers aujourd'hui, depuis que la parité catholiques / protestants est une règle de recrutement au sein des forces de l'ordre.

La deuxième attaque s'est déroulée le même jour, à Belfast. Une voiture chargée d'une bombe de 180 kg a pénétré dans l'enceinte du Policing Board. L'engin a partiellement explosé et a mis le feu à la voiture, sans faire de victimes.

  Un gouvernement
en partie responsable ?

La cible est singulière et hautement symbolique. Le Policing Board est une organisation indépendante chargée de superviser les activités de la police, et de s'assurer qu'elle agit dans l'intérêt de toute la population. Composée de membres de tous les partis politiques majeurs, elle est le symbole de la volonté des deux communautés de travailler ensemble.

Un catholique parmi les policiers protestants, un organisme regroupant des membres des deux communautés... C'est sans doute de cela que les dissidents ne veulent pas. Et c'est ce sectarisme que condamne, sans équivoque, l'ensemble de la classe politique nord-irlandaise... qui ne fait peut-être rien pour arranger les choses.

Car ces attaques peuvent être aussi vues comme liées au blocage actuel sur la gestion des affaires de police et de justice. Historiquement gérées par Londres, elles ont été récemment décentralisés à Belfast, mais les partis au pouvoir sont divisés sur la vitesse de leur mise en place. Dans une tribune au Belfast Telegraph, l'analyste politique Malachi O'Doherty a estimé que ces attaques reflètent l'urgence de parvenir rapidement à un accord sur cette question extrêmement sensible. Sans quoi le gouvernement biconfessionnel serait réellement fragilisé...

Voir aussi :
L'attentat à la voiture piégé perpétré en octobre

Commenter cet article

(idem) 05/12/2009 22:48


jme posais une question hier : j'entend souvent dans les médias parler du conflit entre catholiques et protestants en ulster. mais bon, si je ne m'abuse, la religion n'est absolument
pas en soi le (ou meme un) motif du conflit. nan ? 


Jean-Baptiste Allemand 07/12/2009 17:58


Salut (idem) mdr,

Tu as tout fait raison. Les vrais motifs du conflit sont socio-politiques. Ca a démarré au début du 17e siècle, avec le début de l'implantation de colons britanniques et écossais majoritairement
protestants en Ulster catholique.
- Ils ont établi des domaines sur des terres qui appartenaient autrefois aux rois gaéliques, d'où conflit de territoire.
- Leurs descendants ont eu pendant longtemps des privilèges par rapport au reste de la population (priorité à l'embauche, vote gonflé pendant les élections...), ce qui a été une des causes du
conflit au 20e siècle.
- Au moment de l'indépendance de l'Irlande en 1921, une grande partie de l'Ulster a été rattachée à la Grande-Bretagne. Ce qui a fait naître une division entre "républicains" catholiques
(favorables à l'unification de l'Irlande) et "loyalistes" protestants (favorables à la souveraineté britannique).

Le fait que les uns soient catholiques et les autres protestants n'arrange rien, mais c'est vraiment anecdotique. On parle de "catholiques" contre "protestants" uniquement par souci de
simplification, mais c'est peut-être une erreur car le conflit n'est absolument pas religieux.

Voilou, si t'as d'autres questions n'hésite pas ;)


Cyril 03/12/2009 12:58


j'ai voulu plantééééé un oooorangeeeeeerrr...