[Rencontre] LE DUR COMBAT DES ECOLOGISTES NORD-IRLANDAIS

Publié le par Jean-Baptiste Allemand


Pour eux, l'affrontement catholiques / protestants, c'est du passé. En Irlande du Nord, certains ont trouvé un autre cheval de bataille : la défense de la planète. Mais la lutte est rude...


Vendredi soir dernier, au Strule Arts Center d'Omagh, une petite ville à l'ouest de l'Ulster. Au programme de ce soir, la projection d'un film d'alerte écologique récemment sorti, The Age of Stupid. A la fin de la séance, l'homme assis à ma gauche m'interpelle en souriant : "Enlevez vite ça !", en désignant l'étiquette "Easy-Jet" encore présente sur mon sac.

Marella Fyffe (à gauche) dans son auberge, avec Paddy Grant (au centre) et Vincent Brogan (à droite). Les membres de la "Transition-town Omagh" font le point sur l'évolution de leur projet. (photo JB Allemand)

Vincent Brogan, en bon écologiste, n'aime pas beaucoup les avions. L'homme fait partie de la "Transition-town Omagh", un comité vert local à l'origine de la projection du film. "Son but est d'inviter chaque particulier à s'engager, à son échelle, pour la défense de la planète", présente Marelle Fyffe, co-fondratrice du comité créé il y a un an.

Le groupe compte une vingtaine de membres, effectivement plutôt investis. Marella Fyffe a ouvert, il y a deux ans, une auberge écotouristique dans les environs d'Omagh. Vincent Brogan, ancien employé de mairie à la retraite, donne désormais des conseils aux particuliers sur la maîtrise de l'énergie domestique. Quant à Paddy Grant, il s'est mis au chauffage au bois et a installé des panneaux solaires sur le toit de sa maison.

"Les gens s'en foutent"

Et tous tentent de prêcher la bonne parole verte à leurs contemporains, à grands renforts de tracts artisanaux. Et non sans difficultés... "Les gens se foutent de l'environnement, déplore Marella Fyffe. Ils sont davantage préoccupés par les problèmes économiques et politiques." Il existe pourtant un parti écolo en Ulster, le Green Party. "Il est bien, mais pas assez fort pour peser", regrette Vincent Brogan.

Il y a quand même des raisons d'espérer. Formé de seulement deux membres à ses débuts, le comité est aujourd'hui soutenu par la mairie d'Omagh, qui utilise d'ailleurs l'énergie biomasse pour son collège et sa piscine. La lutte commence-t-elle à porter ses fruits ?

A voir aussi : Portrait d'une écologiste en images


Commenter cet article